La basilique de Lisieux, 

une basilique pour l'âme d'une enfant






Thérèse Martin est née à Alençon le 2 janvier 1873. 

Son père Louis Martin est horloger et sa mère Zélie Marin Guérin est dentellière.




Thérèse est la dernière enfant du couple.

A la mort de sa mère, Thérèse a quatre ans.

Louis Martin et ses cinq filles partent alors pour Lisieux et s’installent aux Buissonnets

La maison se trouve alors à la périphérie de Lisieux.

C’est dans cette maison avec un jardin, un potager et une basse-cour que Thérèse va passer sa jeunesse.

Elle va à l’école chez les Bénédictines.

Elle a neuf ans quand sa sœur Pauline rentre au Carmel à Lisieux.

Thérèse en est très affectée et tombe malade.

Elle va mieux pour sa communion en 1884 mais le départ de sa sœur ainée Marie au Carmel la touche à nouveau profondément.

A 14 ans, Thérèse annonce à son père son désir d’entrer elle aussi au Carmel. L’année de ses 15 ans, le 9 avril 1888, elle franchit le portail du couvent. Pour y arriver, il lui aura fallu beaucoup de persévérance ainsi qu’une permission particulière accordée par le Pape Léon XIII qu’elle rencontra à Rome le 20 novembre 1887.

A partir de 1888 la santé de monsieur Martin se dégrada sérieusement et la location des Buissonnets prit fin avec son internement au Bon Sauveur de Caen, en 1889. 
Thérèse prononce ses vœux définitifs le 8 septembre 1890, à l’âge de 17 ans et demi.



Céline, une autre sœur de Thérèse qui était restée auprès de son père entra à son tour au Carmel.

Son père meurt en 1894.

La vie au Carmel est difficile.

Par suite des rigueurs du Carmel, la santé de Thérèse se détériore assez rapidement et elle meurt de tuberculose le 30 septembre 1897, à l’âge de 24 ans.




Sainte Thérèse de Lisieux ayant été béatifiée en 1923 et canonisée en 1925, il fut décidé de construire une grande basilique vouée au pèlerinage dans la ville où elle avait vécu et où elle était morte.

En effet, la dévotion à la nouvelle sainte attirait rapidement des foules de plus en plus importantes.

Ce projet, lancé par l'évêque de Bayeux et Lisieux, Mgr Lemonnier, reçut le soutien total du pape Pie XI qui avait placé son pontificat sous le signe de sainte Thérèse.

Il a été entièrement financé par des dons et souscriptions spécifiques venus du monde entier.

Les travaux ont commencé le 30 septembre 1929.

Les travaux continuèrent au ralenti entre 1939 et 1944 à cause de la Seconde Guerre mondiale et la construction fut terminée après la guerre.

La basilique a été consacrée le 11 juillet 1954 par l'archevêque de Rouen.













L'architecture de la basilique est fortement inspirée par celle de la basilique du Sacré Cœur à Paris par ses dimensions.

L'édifice, construit en béton armé et granit, se compare aux plus grandes cathédrales :

Longueur 104 mètres, largeur du transept 50 mètres, largeur de la nef 30 mètres, hauteur du dôme 95 mètres et hauteur de la coupole 50 mètres.

C'est une des plus grandes églises construites au
20ème siècle avec une superficie de 4500 mètres carré et pouvant accueillir 3 000 personnes.

La structure de base, qui a été terminée avant la guerre, a subi peu de dégâts lors des bombardements qui détruisirent Lisieux aux deux tiers.

Sa décoration a été entreprise dans les années 50.

L'édifice est en forme de croix latine, avec nef, chœur et transept.

La croisée est surmontée d'une imposante coupole.

Le transept sud reçoit le reliquaire offert par le Pape Pie XI à la basilique. Le volume intérieur est d'un seul tenant, sans nefs collatérales ni déambulatoire.

Du fait de l'absence de colonnes, tous les fidèles qui assistent aux offices en ont une vue sans obstruction.

La plus grande partie de l'intérieur de la basilique est couverte de mosaïques.

Les sculptures sont de Robert Coin, les vitraux de 
Pierre Gaudin.






L'édifice contient 18 chapelles consacrées et dédiées à différentes nations qui ont participé à la construction: Mexique, Espagne, Italie, Ukraine, Chili, Brésil, Argentine, Portugal, Etats Unis, Colombie, Grande Bretagne, Ecosse, Allemagne, Cuba, Irlande, Canada, Belgique, Pologne.

Ainsi fut construite cette basilique pour l’âme d’une enfant.



La crypte de la basilique. 




Longue de 50 m et large de 30 m, elle est décorée de marbre et de mosaïques dans le style de l'Exposition des Arts Décoratifs de 1925.
En 1958, les mosaïques sont complétées par des scènes qui représentent les moments importants de la vie de sainte Thérèse : baptême, première communion, guérison miraculeuse, engagement dans la vie religieuse, décès.




La crypte de la basilique accueille depuis 2008 les restes mortels des Bienheureux Louis et Zélie Martin, parents de sainte Thérèse.