L'écomusée du Perche 

et

Le Prieuré de Sainte Gauburge


Il y a 900 ans, saint Bernard et ses moines partaient fonder en Champagne l’abbaye de Clairvaux. 
En ce XIIe siècle, monastères et prieurés clunisiens, cisterciens, chartreux ou bénédictins peuplaient par milliers les campagnes de l’Europe.
L'ordre bénédictin atteint son apogée vers la fin du XIIe siècle, possédant alors en France environ 2 000 abbayes et 20 000 prieurés.
Les abbayes disposaient de terres que leur avait données le seigneur du lieu.

Sur ces terres généralement, les abbayes ont mis en place des établissements religieux, dans de petites fermes. Ainsi se crée un prieuré rural.

Les moines du prieuré étaient sous l'autorité d'un prieur, lui-même dépendant d'un abbé plus important.

Un prieuré rural est donc sous la dépendance directe de son abbaye qui l’a fondé …ou obtenu en donation.

En plus du travail de la ferme, les moines du prieuré sont chargés de convertir les paysans au Christianisme.

Le prieuré de Sainte-Gauburge à St Cyr la Rosière est un peu plus grand que la moyenne.






L’histoire du prieuré de Sainte-Gauburge commence au début du XI ème siècle.



Le Prieuré de Sainte-Gauburge fut fondé en 1006 par Guillaume Ier, Seigneur de Bellême.


Limites de la seigneurie de Béllême

Vers 1070, le prieuré est donné à l'abbaye de Saint-Denis en France.

Il y avait six moines bénédictins à cette époque.

Les nombreuses donations des seigneurs voisins lui donnent une grande importance. Une grande église prieurale et un joli logis pour le prieur sont construits entre le 11ème et le 15ème siècle.













Le logis du Prieur






Le four à pain







Les prieurs qui dirigeaient le prieuré étaient des nobles du Perche.

A la révolution, tous les bâtiments furent vendus et deviendront une ferme.








En 1972, l’association « Les Amis du Perche » et leur président Philippe Siguret ont pesé de tout leur poids pour que se crée le "musée des Arts et Traditions populaires du Perche".
Ainsi, grâce à l'action de Jean Massiot (fils du fondateur des Amis du Perche) et d'Armand Gouyon, l'église prieurale de Sainte-Gauburge a pu être sauvée de la ruine.
Il en fut de même pour les outils de la vie quotidienne du monde rural du Perche, qui sont exposés dans le musée. En 2000, le musée des Arts et Traditions populaires du Perche prend le nom de : "Ecomusée du Perche"



L'écomusée collecte témoignages, objets et documents qui retracent l'histoire des hommes et des femmes du pays.





















De nombreuses animations sont aussi organisées toutes l'année.


La grande fête du cheval percheron aura lieu comme chaque année 
le 15 août de 10h à 18h30. 
Le programme 2016 mettra à l'honneur des éleveurs anglais de chevaux percherons. 







Voici comment s'y rendre